Poésie sur la Toile > Accueil - Sommaire http://www.anthologie.org > Accueil - Sommaire
Oeuvres Poétiques d'Auguste Barbier

[1830]
Iambes
Télécharger l'Oeuvre complète au format DOC (zip) Iambes
[Extrait] : Toutes les Muses
[1837]
Lazare
Télécharger l'Oeuvre complète au format DOC (zip) Lazare
[Extrait] : Le Gin


   
Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles
 
Auguste Barbier
Auguste Barbier
Portrait (détail)

[1805] - [1882]
Auguste Barbier

«Sombre quatre-vingt-treize, épouvantable année,
De lauriers et de sang grande ombre couronnée,
Du fond des temps passés ne te relève pas !»
Auguste Barbier, Iambes, Quatre-vingt-treize.

Quelques poèmes inspirés par la révolution de Juillet, publiés à partir d’août 1830 dans La Revue de Paris et d’autres journaux, rendirent soudain célèbre Auguste Barbier, poète de vingt-cinq ans.
Dix-neuf pièces, bientôt réunies en volume sous le titre, emprunté à André Chénier, d’Iambes.
Ni classiques ni romantiques ne savaient dans quel camp ranger ce protestataire Républicain indigné de voir les Trois Glorieuses escamotées par Louis-Philippe, – et qui le dénonce. Aguste Barbier n’est plus, comme Chénier, un homme seul clouant au pilori les hommes au pouvoir; il se veut le porte-parole de toute une jeunesse, et singulièrement des éléments les plus populaires et les plus démocratiques de cette jeunesse: d’où l’écho aussitôt obtenu.
Le poète se révèle musclé, direct, véhément, avec une langue aussi drue que sobre, des images percutantes, un maniement spontané du vers frappé en médaille et de la coulée rythmique de la strophe.
Il reste encore à Barbier plus de cinquante ans à vivre. Un seul de ses multiples recueils suivants, Lazare (1837), inspiré par un voyage en Angleterre, offre encore de la vigueur dans sa dénonciation du monde britannique de l’industrie et du négoce. Les autres sont de plus en plus mous quant à la forme et mièvres quant à la pensée, ou bien faut-il conclure avec Charles Baudelaire: «Chez Auguste Barbier, naturellement poète, et grand poète, le souci perpétuel et exclusif d’exprimer des pensées honnêtes ou utiles a amené peu à peu un léger mépris de la correction, du poli et du fini, qui suffirait à lui seul pour constituer une décadence.» (Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains.).

 
Mise à Jour de la page le 05/2003
© Poésie sur la Toile, 1999 - 2003 - Tous droits réservés -


Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles L'@nnuaire de la Poésie francophone sur la Toile Qui sommes nous, Copyright, droit d'auteurs, domaine public? Recherche sur le site ou  l'Internet francophone Contactez-Nous!.. Poésie sur la Toile > Accueil