Poésie sur la Toile > Accueil - Sommaire http://www.anthologie.org > Accueil - Sommaire
Retour au Sommaire > Rutebeuf

[v.1230 - v.1285]
Rutebeuf



   
Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles
 

Li Diz des Cordeliers

I

Seignor, or escoutez, que Diex vos soit amis,
S'orroiz des Cordeliers, commant chacuns a mis
Son cors a grant martire contre les anemis
Qui sont, plus de cent foiz le jor, a nos tramis.

II

Or escotez avant dont ces gens sont venu:
Fil a roi et a conte sont menor devenu,
C'au siegle estoient gros, or sont isi menu
Qu'il sont saint de la corde et s'ont tuit lor pié nu.

III

Il pert bien que lor Ordre Nostre Sires ama.
Quant saint François transi, Jehucrist reclama:
En cinq leuz, ce m'est vis, le sien cors entama.
A ce doit on savoir que Jhesucriz s'ame a.

IV

Au jor dou Jugement, devant la grant assise,
Que Jhesucriz penra de pecheors joustise,
Sainz François avra ceuz qui seront a sa guise,
Por ce sont Cordelier la gent que je miex prise.

V

En la corde s'encordent cordee a trois cordons;
A l'acorde s'acordent dont nos descordé sons;
La descordance acordent des max que recordons
En lor lit se detordent por ce que nos tortons.

VI

Chacuns de nos se tort de bien faire sanz faille,
Chacuns d'aux s'an detort et est en grant bataille.
Nos nos faisons grant tort
Quant chacuns de nos dort, chacuns d'aus se travaille.

VII

La corde senefie, la ou li neu sont fet,
Que li Mauffé desfient, et lui et tot son fet.
Cil qui en aux se fie, si mal et si mesfet
Seront, n'en doutez mie, depecié et desfet.

VIII

Menor sont apelé li frere de la corde.
M vient au premier, chacuns d'aux s'i acorde,
Que s'ame viaut sauver ainz que la mors l'amorde
Et l'ame de chacun qu'a lor acort s'acorde.

IX

E senefie plaint: par "E!" se doit on plaindre;
Par E fu ame en plaint, Eve fit ame fraindre.
Quant vint Filz d'M a point, ne sofri point le poindre:
M a ame desjoint dont Eve la fit joindre.

X

Anë en esté va et en yver par glace
Nus piez, por sa viande qu'elle quiert et porchace:
Isi font li Menor. Diex guart que nus ne glace,
Qu'il ne chiee en pechié, qu'i ne faille a sa grace!

XI

O est roons; en O a enmi une espasse.
Et roons est li cors, dedenz a une place:
Tresor i a, c'est l'ame, que li Maufez menace.
Diex guart le cors et l'ame, Maufez mal ne li face

XII

Devant l'Espicerie vendent de lor espices:
Ce sont saintes paroles en coi il n'a nul vices.
Torte lor a fet tort, et teles an pelices
Les ont ci peliciez qu'entrer n'osent es lices.

XIII

L'abeasse qui cloche la cloche dou clochier
Fist devant li venir, qu'i la veïst clochier.
Ainz qu'elle venit la, la convint mout lochier:
La porte en fist porter celle qui n'ot Dieu chier.

XIV

L'abeasse qu'est torte lor a fet molt grant tort:
Encore est correciee se fromages estort.
A l'apostole alerent li droit contre le tort:
Li droiz n'o point de droit, ne la torte n'ot tort.

XV

L'apostoles lor vost sor ce donner sentence,
Car il set bien que fame de po volentiers tance;
Ainz manda, s'il pooit estre sans mesestance,
L'evesquë or feïst la avoir demorance.

XVI

L'evesquë or consoil par trois jors ou par quatre;
Mais fames sont noiseuses, ne pot lor noise abatre
Et vit que chacun jor les convenoit combatte,
Si juga que alassent en autre leu esbatre.

XVII

Dortor et refretor avoient, belle yglise,
Vergiers, praiaux et troilles, trop biau leu a devise:
Or dit la laie gent que c'est par couvoitise
Qu'il ont ce leu lessié et autre place prise.

XVIII

Se cil leuz fust plus biaux de celi qu'il avoient;
Si le poïst on dire; mais la fole gent voient
Que lor leus laissent cil qui desvoiez avoient
Por oster le pechié que en tel leu savoient.

XIX

En ce leu faisoit on pechié et grant ordure:
A l'oster ont eü mainte parole dure;
Mais Jehucriz li rois qui toz jors regne et dure
Si conduise celui qui les il fit conduire!

XX

La coe dou cheval desfant la beste tote,
Et c'est li plus vilz membres, et la mouche se doute.
Nous avons euz es testes, et si n'en veons gote.

XXI

Se partout avoir eve, tiex buvroit qui a soi.
Vos veez, li navrez viaut le mire lez soi,
Et nos, qui sons navré chacun jor endroit soi,
N'avons cure don mire, ainz nos morons de soi.

XXII

La deüst estre mires la ou sont li plaié;
Car par les mires sont li navré apaié.
Menor sont mire, et nos sont par eus apaié:
Por ce sont li Menor en la vile avoié.

XXIII

Ou miex de la cité doivent tel gent venir;
Car ce qui est oscur font il cler devenir,
Et si font les navrez en senté revenir.
Or les veut l'abeesse de la vile banir.

XXIV

Et mes sires Ytiers, qui refu nez de Rains,
Ainz dit qu'il mangeroit ainçois fuielles et rains
Qu'i fussent en s'esglise confessor premeriens,
Et que d'aler a paie avroit lassés les rains.

XXV

Bien le deüst sosfrir mes sire Ytiers li prestres:
Paranz a et parentes mariez a grant festes;
Des biens de Sainte Yglise lor a achetez bestes:
Li biens esperitiex est devenuz terrestres.

Explicit des Cordeliers

 
Mise à Jour de la page le 11/2001
© Poésie sur la Toile, 1999 - 2003 - Tous droits réservés -