Poésie sur la Toile > Accueil - Sommaire http://www.anthologie.org > Accueil - Sommaire
Oeuvres Poétiques de Victor Segalen

[1912]
Télécharger l'Oeuvre complète au format DOC (zip)
Stèles
Avant propos
Stèles face au Midi
Stèles face au Nord
Stèles orientées
Stèles occidentées
Stèles du bord du chemin
Stèles du Milieu



   
Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles
 
Victor Segalen
Victor Segalen, Portrait (détail).

[1878] - [1919]
Victor Segalen

«C'est mauvais signe lorsque les mots se refusent aux hommes que les dieux ont désignés pour être gardiens des mots !»
Victor Segalen, Les Immémoriaux.

Victor Segalen, natif de Brest, ancien élève des jésuites, fait ses études de médecine, à Bordeaux, et publie sa thèse. L'originalité de cette dernière lui permet d'entrer au Mercure de France, où il rencontre Huysmans et Remy de Gourmont.
Puis, médecin de la marine, il découvre la Polynésie, séjourne à Tahiti, en 1903 et 1904, et recueille les dernières oeuvres de Gauguin, mort trois mois avant son arrivée. La moisson de ce voyage, c'est le roman Les Immémoriaux (publiés en 1907 sous le pseudonyme de Max Anély), c’est-à-dire le récit des derniers moments de la civilisation maorie, contaminée, perdue par les missionnaires et les colonisateurs. Segalen s’insurge contre ce massacre, comprend en profondeur le drame d’une ethnie que l’on prive de ses mythes et de sa langue. En même temps, c’est sa propre vision du réel qui prend forme.
Il se passionne ensuite pour l'étude de la langue et de la civilisation chinoises, se rend en Chine en 1908, soigne la peste en Mandchourie, puis repart à nouveau en 1914 pour une mission archéologique consacrée aux monuments funéraires de la dynastie des Han (Équipée. De Pékin aux marches tibétaines, posth., 1929). L'expédition est interrompue par la guerre, durant laquelle il combat comme fusilier marin.
C’est de ses voyages en Chine qu’il rapporte ses oeuvres majeures, fasciné par cet espace énorme, et par l’image du Fils du Ciel: l’empereur, mais aussi l’homme écartelé entre le présent et le passé, soi-même et l’autre, la terre et le ciel. Mais qu’on ne cherche pas dans cette oeuvre un plaisir documentaire, ou des intrigues sur fond oriental: Segalen avait en horreur tout «sujet», et l'exotisme est chez lui à l'opposé des intrigues sur fond oriental d'un Pierre Loti, car l'exploration du lointain se confond avec l'itinéraire intérieur, et la culture millénaire d'Extrême-Orient se teinte d'une dimension spirituelle où interfèrent le réel et l'imaginaire.
Après une dernière mission à Nankin, il meurt accidentellement en 1919 dans une forêt du Finistère, dans des circonstances qui nous laisse en droit de suspecter un suicide.
Comme il le dit lui-même un mois avant sa mort, Victor Segalen a vécu au prix d’une «usure sans réparation». On comprendra ainsi qu’il n’ait pas eu le temps (à supposer qu’il en ait eu le goût) d’édifier pour la postérité littéraire son propre monument. Quand il meurt, à quarante et un ans, dans la forêt de Huelgoat, Hamlet à la main, il n’a publié sous son nom que «Stèles» (1912) et Peintures (1916).
Segalen a en outre laissé un drame mystique, Orphée-Roi (posth.,1921), mis en musique par Debussy, et un roman qui dénonce les conventions du genre, (René Leys, posth., 1921), mettant en scène un personnage mystificateur dont le récit fait douter le narrateur, et le lecteur avec lui.
Parmi ses autres ouvrages, il faut citer ses essais sur Gauguin, sur Rimbaud et sur la sculpture chinoise (la Grande Statuaire chinoise, posthume, 1972), ses récits et notes de voyage publiés après sa mort (Voyage au pays du réel, 1929; Lettres de Chine, 1967; Journal des îles, 1978).
Médecin, poète, archéologue, «romancier» et voyageur, Segalen a mêlé l’exploration du lointain (comme Tahiti et la Chine) à la quête intérieure; il a confronté sans cesse le réel et l’imaginaire, dont le corps à corps l’a usé.
L’interrogation qui hante Segalen est proche de celle qu’il énonce en ces termes, à propos de Rimbaud: «Et pourra-t-on jamais concilier en lui-même ces deux êtres l’un à l’autre si distants. Ou bien ces deux faces du Paradoxal relèvent-elles toutes deux d’une unité personnelle plus haute, jusqu’à présent non manifestée?»
Influencée par Rimbaud et Mallarmé, l'oeuvre de Segalen, écrite en quinze années, au cours des voyages qu'il avait entrepris pour se trouver lui-même, est abondante, ambitieuse, essentielle par la recherche qui l’anime.
Les histoires de la littérature, les anthologies qui citent Segalen lui font une place entre Claudel, rencontré en Chine, et Saint-John Perse. Son recueil Stèles, composé de poèmes en prose inspirés des textes des inscriptions commémoratives, dont la première éditionPékin) est ornée d'idéogrammes, restent son chef-d'oeuvre. Après Rimbaud, Segalen est un des rares poètes à avoir osé mettre la poésie à l’épreuve du réel.

 
Mise à Jour de la page le 12/2001
© Poésie sur la Toile, 1999 - 2003 - Tous droits réservés -


Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles L'@nnuaire de la Poésie francophone sur la Toile Qui sommes nous, Copyright, droit d'auteurs, domaine public? Recherche sur le site ou  l'Internet francophone Contactez-Nous!.. Poésie sur la Toile > Accueil