Poésie sur la Toile > Accueil - Sommaire http://www.anthologie.org > Accueil - Sommaire
Oeuvres Poétiques de Marceline Desbordes-Valmore

[1819]
Élégies et romances
[1825]
Élégies et poésies nouvelles
[1830]
Poésies inédites
A Rouen, rue Ancrière
[1833]
Les Pleurs
Le coucher d'un petit garçon
[1839]
Pauvres Fleurs
Fleur d'enfance
[1843]
Bouquets et prières
Aux trois aimés
[1860]
Poésies posthumes
La jeune fille et le ramier



   
Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles
 
Marceline Desbordes-Valmore
Marceline Desbordes-Valmore, portrait (détail)

[1786] - [1859]
Marceline Desbordes-Valmore

«Il ne faut pas compter sur la pitié des hommes quand ils peuvent se donner l'importante joie de punir.»
Marceline Desbordes-Valmore, Correspondance, à Prosper Valmore, 17 novembre 1839.

La vie de Marceline Desbordes-Valmore est marquée par le sceau du malheur. Née à Douai, fille d’un peintre en armoiries ruiné par la Révolution, Marceline Desbordes connaît une enfance difficile. Elle doit interrompre ses études à cause de la ruine de sa famille. Pour tenter de redresser la précaire situation financière de la famille, sa mère décide de rejoindre un riche parent aux Antilles, en Guadeloupe, mais meurt de fièvre jaune à l'arrivée à Basse-Terre. Éprouvant voyage dont Marceline Desbordes revient seule, à demi-morte.
De retour à Douay, à l’âge de seize ans, elle embrasse la carrière de comédienne et de cantatrice qu’elle n’abandonnera qu’en 1832, se spécialise dans les rôles d’ingénue, créant, sur la scène de l’Odéon, notamment, des rôles de Pigault-Lebrun.
Sa rencontre avec le compositeur belge Grétry lui permit de se produire à l'Opéra-Comique en 1805, puis au théâtre de l'Odéon en 1813.
En jouant à Bruxelles la Rosine du Barbier de Séville de Rossini, elle rencontre un acteur de second ordre, Prosper Lanchantin, dit Valmore, qu'elle épouse en 1817. Le couple entame une vie difficile et errante. Marceline perdit peu à peu tous ses proches, ses trois enfants, son frère, et s'éteignit seule et dans le désespoir à Paris en 1859.
Marceline Desbordes-Valmore donne de son premier recueil, Élégies et romances (1819), plusieurs éditions revues et augmentées. Elle abandonne le chant en 1823 et publie en 1825 un recueil poétique important, Élégies et poésies nouvelles. Marceline est l’un des plus grands poètes de sa génération. Sa renommée de poétesse grandit au fil de ses recueils ultérieurs: «Poésies inédites» (1830), «Les Pleurs» (1833), «Pauvres Fleurs» (1839), et «Bouquets et prières» (1843). Un ultime recueil de «Poésies» est publié à titre posthume en 1860. À côté de ces recueils, elle écrit aussi: Contes en prose pour les enfants (1840), Contes en vers pour les enfants (1840), Jeunes Têtes et Jeunes Cœurs (1855) et un livre de souvenirs autobiographiques, L’Atelier d’un peintre, scènes de la vie privée (1833).
Âme sensible, délicate, impressionnable, elle sait traduire ses sentiments avec une sincérité et une spontanéité rares et surtout dans une langue d’une musicalité qui séduit les plus grands écrivains de l’époque: Lamartine, Béranger, Vigny, Hugo, dont elle restera toujours l’amie, puis Baudelaire, contempteur des femmes de lettres, auprès de qui, elle est la seule à trouver grâce.
Avec les années marquées par les déceptions, les difficultés matérielles, les deuils cruels, son lyrisme gagne en beauté, en intensité et en passion douloureuse. Elle excelle dans l’élégie, où son lyrisme personnel trouve sa juste mesure. Ses idylles, romances, contes et récits en prose et en vers pour les enfants appartiennent aux genres néo-classiques toujours en vigueur, continuant à dépendre d’une rhétorique un peu trop convenue, mais qui n’empêchent pas l’éclosion d’un des plus romantiques et des plus émouvants tempéraments poétiques de cette époque.
Marceline Desbordes-Valmore est un auteur mélancolique dont les vers, d'une grande musicalité, méritent mieux que leur réputation de romantisme grandiloquent et suranné. Sa poésie, qui traduit le désir et les désarrois d'une femme à la recherche de son identité, est profondément originale et étonnamment moderne tant dans le style que dans le rythme; elle fut en effet la première à introduire en France, avant Verlaine, l'usage du vers impair, à user du vers de onze syllabes
.

 
Mise à Jour de la page le 11/2001
© Poésie sur la Toile, 1999 - 2003 - Tous droits réservés -


Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles L'@nnuaire de la Poésie francophone sur la Toile Qui sommes nous, Copyright, droit d'auteurs, domaine public? Recherche sur le site ou  l'Internet francophone Contactez-Nous!.. Poésie sur la Toile > Accueil