Poésie sur la Toile > Accueil - Sommaire http://www.anthologie.org > Accueil - Sommaire
Oeuvres Poétiques de Bernard de Ventadour

[v.1200]
Oeuvres poétiques
Can vei la lauzeta mover...



   
Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles
 
Bernard de Ventadour
Bernard de Ventadour, Enluminure de la Vida, XIIIe siècle, Paris, BNF.

[v.1145] - [v.1180]
Bernard de Ventadour

«Chantar no pot gaire valer
Si d'ins del cor no mov lo chans,
Ni chans no pot del cor mover
Si no i es fin' amors corans.
»
Bernard de Ventadour, Oeuvres poétiques.

Peut être le plus célèbre des troubadours, Bernard de Ventadour, ou Bernart de Ventadorn, troubadour limousin, glorifie dans son Oeuvre sa passion pour Aliénor d'Aquitaine.
Il est difficile de retracer avec exactitude la vie de ce troubadour, tant la légende prend parfois le pas sur la réalité.
D'après une biographie provençale, il serait le fils d'un serf et d'une boulangère, attachés au château de Ventadour, dans le Limousin. D'autres diront qu'il était fils de serviteur, – du boulanger du château de Ventadour. Ce dont nous sommes sûr c'est qu'il était issu d'un milieu modeste.
Il sera tout d'abord le protégé et le disciple de son seigneur, le comte Eble III (1106-1147), dit le «Chanteur». Instruit par celui-ci à l'Art de la poésie (c'est du moins ce que dit sa Vida), il compose ses premiers poèmes sans doute pour la vicomtesse de Ventadour, ce qui lui vaut d'être chassé du château.
Attaché successivement aux cours de Montluçon, de Toulouse, enfin à celle d'Aliénor d'Aquitaine – qu'il suivit peut-être outre-Manche, après son mariage avec Henri Plantagenêt –, et pour qui il écrivit des Chansons d'amour d'une grande beauté, probablement pour surmonter par son mérite poétique la distance sociale qui le séparait de cette grande dame dont il était amoureux. Il incarne, par contraste avec Guillaume IX, l'indifférenciation sociale des troubadours, aussi bien grands (ou petits) seigneurs que pauvres «valets» (jeunes gens nobles au service d'un seigneur).
Ces quelques indications biographiques ont été reconstituées grâce à ses oeuvres: allusions par exemple à des personnages historiques tels Henri II Plantagenêt (le «Reis Engles») ou Raynard V, le comte de Toulouse (le «seigneur de Beaucaire»).
S'il reprend des motifs communs à la poésie de la plupart des troubadours – la nature, l'amour surtout –, il est en tout cas celui qui nous paraît le plus «original», car il semble laisser dans ces vers la place à ses sentiments personnels ce qui confère à sa poésie des accents de vérité assez nouveaux, chose rare chez ses contemporains troubadours: la poésie est en effet pour lui plus l'expression d'un sentiment réel qu'un travail formel.
Il a laissé une poésie imagée et émouvante, exprimant dans une langue simple des sentiments intenses. Son oeuvre fut peu appréciée des amateurs de poésie courtoise, qui mettaient la technique poétique au-dessus de l'expression des sentiments, et il fallut attendre l'époque romantique pour qu'il soit reconnu comme un des plus grands.


 
Mise à Jour de la page le 11/2001
© Poésie sur la Toile, 1999 - 2003 - Tous droits réservés -


Oeuvres de poètes francophones du XIIe au XXe siècles L'@nnuaire de la Poésie francophone sur la Toile Qui sommes nous, Copyright, droit d'auteurs, domaine public? Recherche sur le site ou  l'Internet francophone Contactez-Nous!.. Poésie sur la Toile > Accueil